Se réorienter après la PACES

34

En médecine, il y a beaucoup d’appelés et très peu d’élus. Le concours de fin de 1ère année ferme les portes du cursus médical à la très grande majorité des étudiants : seuls 10 à 25% d’entre eux seront reçus.

Ne vous y trompez pas, l’échec en P1 n’est pas forcément dû à un manque de capacités ou de travail. Certains lycéens très brillant arrivent en P1, travaillent 14 heures par jour, tous les jours, sans week-end ni vacances, et échouent de loin au concours.

Aussi, ne confondez pas vos rêves avec la réalité : certes, vous ne pouvez pas réussir votre P1 si vous n’en rêvez pas, mais ce n’est pas une condition suffisante. Soyez réaliste et posez-vous dès maintenant la question suivante : « Si je n’ai pas les résultats attendus, que vais-je faire ? ». N’attendez pas la fin de l’année pour vous poser cette question. Vous devez envisager les possibilités de réorientation le plus tôt possible, d’une part pour respecter les délais d’inscription, d’autre part pour mieux accepter votre échec et pouvoir tourner la page.

La  plupart des facultés de médecine prévoient des réunions d’information à ce sujet. A défaut d’y assister, je vous conseille de récupérer les documents d’informations fournis par votre faculté. Notez que les dispositifs mis en place pour la réorientation des étudiants de P1 varient beaucoup selon les Universités.

Je vous propose donc de partager un résumé de ce que je sais de la réorientation après la PACES, en 5 points :

  1. Pourquoi se réorienter ?
  2. Ce qu’il faut faire avant d’entamer les démarches de réorientation
  3. Quand commencer les démarches de réorientation ?
  4. Comment et vers quoi se réorienter ?
  5. Il y a une vie après la P1 !

orientation1

I. Pourquoi se réorienter ?

  • Peut-être n’avez-vous pas les résultats nécessaires à la réussite du concours. Il ne suffit pas d’avoir la moyenne pour passer en 2e année de médecine : vous devez être dans les 10 à 25% meilleurs de la promotion. Par exemple, en 2010-2011 à Grenoble, le major de promotion avait un peu plus de 16 de moyenne, et le dernier reçu avait un peu plus de 13 de moyenne (pour un numerus clausus de 169, et avec 1410 candidats).
  • Peut-être vous êtes-vous rendu compte que les études médicales ne correspondaient pas ou plus à vos projets, et ce même si vous êtes classé en rang utile.
  • Peut-être réalisez-vous que vous n’êtes pas prêts à fournir tout le travail demandé.

II. Avant d’entamer les démarches de réorientation…

Outre la réorientation, deux alternatives s’offrent à vous : le redoublement ou le choix d’une autre filière du concours.

Le redoublement :

Vous ne pouvez redoubler qu’une seule fois votre P1. De plus, il y a plusieurs conditions à la réussite du concours après un redoublement.

  • Tout d’abord vous devez avoir travaillé suffisamment lors de votre première P1 et être prêt à travailler autant pendant une année supplémentaire.
  • Ensuite, vous devez savoir précisément la cause de votre échec, pour ne pas répéter vos erreurs la 2e année.
  • Enfin, vous devez être relativement bien classé lors de votre première P1 : les statistiques ont montré que vous aviez peu de chances d’avoir le concours en redoublant si votre rang était supérieur à 2,5 fois le numerus clausus.

Encore une fois, ces chiffres s’appliquent à la majorité des étudiants redoublants, mais vous trouverez toujours des exceptions, en particulier des étudiants qui ont eu un accident de parcours empêchant la réussite de leur concours (deuil, divorce, grossesse, incendie, maladie etc).

Les autres filières du concours :

Pour rappel, le concours de P1 comprend 4 filières : médecine, pharmacie, odontologie (dentaire) et maïeutique (sage-femme). Chaque filière a son propre numerus clausus. La plupart des épreuves du concours sont communes aux 4 filières, mais chaque filière possède quelques épreuves supplémentaires qui lui sont spécifiques. Vous pouvez vous inscrire à autant de filières que vous le souhaitez. Aussi, que vous soyez bien ou mal classé, je vous conseille de toujours vous inscrire à toutes les filières (cela ne coûte pas plus cher). A la fin de l’année, vous aurez donc 4 classements : vous devrez alors choisir une des filières dans lesquelles vous êtes reçu.

Si vous constatez que votre classement en médecine est insuffisant, jetez un œil aux autres filières :

  • La pharmacie (Bac +6/9) : ce cursus attire les étudiants qui aiment particulièrement la chimie, la biochimie, la pharmacologie etc… Notez que cette formation peut vous orienter aussi bien vers un exercice libéral (en officine), que vers une carrière hospitalière, universitaire, en entreprise, dans un laboratoire de recherche etc.
  • La maïeutique (Bac +5) : je recommande ce cursus à tous ceux qui aiment la clinique, le contact avec le patient etc… . Sachez que la maïeutique est une profession médicale, par opposition aux professions paramédicales (infirmier, orthoptiste, pédicure-podologue etc). Les sages-femmes/maïeuticiens sont donc autorisés à prescrire certains médicaments, à pratiquer certains gestes médicaux…, ce que ne peuvent pas faire les infirmiers par exemple.
  • L’odontologie (Bac +6/7) : ce cursus s’adresse aux étudiant qui aiment les gestes minutieux, la chirurgie etc… . Notez qu’avec 4 ans de formation supplémentaire, vous pourrez vous spécialiser en orthodontie.

Quelle que soit la filière choisie, vos chances de réussite dépendent du nombre de candidats, de la popularité de la filière et du numerus clausus : ces trois paramètres sont différents selon les Universités.

III. Quand commencer les démarches de réorientation ?

Que vous soyez major ou dernier de votre promotion, vous devez dès le début de l’année avoir un plan B et prévoir une éventuelle réorientation. Surtout ne croyez pas que le fait d’envisager un échec diminuera votre motivation à travailler. Encore une fois, vous devez être réaliste et avoir une idée de vos chances de réussite : vos résultats tout au long de l’année (tutorat et colles) sont un excellent indicateur de vos chances de réussite au concours.

En début d’année (septembre-octobre), si vos résultats sont insuffisants, vous pourrez encore vous rattraper pendant les mois suivants en améliorant votre méthode de travail, en travaillant davantage, et surtout en persévérant : beaucoup d’étudiants gagnent des places en cours d’année par le simple fait que des étudiants mieux classés qu’eux ne tiennent pas le rythme et perdent des places avec le temps.

A la fin du 1er semestre, si vous n’avez pas la moyenne, ou si votre rang est supérieur à 2,5 fois le numerus clausus, je vous recommande de sérieusement vous informer sur les modalités de réorientation, et de réfléchir de façon précise aux autres formations qui vous intéresseraient.

Bien sûr, en maintenant votre rythme de travail au 2e semestre, vous gagnerez peut-être des places, ne serait-ce que grâce à l’abandon de beaucoup d’étudiants après la publication des résultats de janvier. Le nombre de places que vous pouvez gagner dépend alors de votre rang au 1er semestre : meilleurs est votre classement, plus il vous sera difficile de gagner des places, et inversement. Par exemple, à Grenoble en 2010-2011, le numerus clausus était de 169 :

  • les étudiants classés après le rang 900 pouvaient espérer  gagner environ 400 places au maximum
  • les étudiants classés entre le rang 500 et 900 pouvaient espérer gagner environ 300 places au maximum
  • les étudiants classés entre le rang 300 et 500 pouvaient espérer gagner environ 200 places au maximum
  • les étudiants classés avant le rang 300 ne gagnaient en général que quelques dizaines de places

Notez qu’il est aussi possible de perdre des places (ce qui a été mon cas) : mieux vous êtes classé au 1er semestre, plus vos chances de perdre des places au 2e semestre sont grandes.

Ces chiffres sont bien sûr très approximatifs (j’ai compté très large !), et il y a comme toujours des exceptions. Néanmoins, ils peuvent vous donner une idée de vos chances de réussir le concours en une année.

Dans tous les cas, n’attendez pas le mois de juin pour réfléchir à votre réorientation.

IV. Comment et vers quoi se réorienter ?

Les dispositifs de réorientation :

Chaque université organise son propre système de réorientation. En général, la fac suggère des parcours permettant de conserver les acquis de P1, mais ces parcours n’intègrent que les licences (souvent des licences de biologie).

Voilà par exemple les 2 dispositifs existant à l’Université Joseph Fourier (Grenoble) :

  • Le dispositif « semestre nouveau départ » : c’est un dispositif coordonné par l’IUT1, qui s’adresse aux étudiants dont la moyenne en fin de 1er semestre est inférieure ou égale à 5/20. Il s’agit d’une remise à niveau (des cours de terminale) qui a lieu pendant le 2e semestre, en vue d’un redoublement ou d’une réorientation pour intégrer l’IUT1.
  • Le Département Licence Sciences et Technologies (DLST) : vous pouvez suivre le 2e semestre du DLST, parcours chimie-biologie. Si votre note à la fin du 2e semestre est supérieure à 10/20, vos notes de PACES sont neutralisées et votre 1ère année au DLST validée. Vous pourrez alors vous inscrire en L2 de biologie ou de chimie-biologie.
  • Pour plus d’informations, cliquez ici

Les autres possibilités d’orientation :

Échouer au concours ne signifie pas ne pas valider sa P1 : si vos moyennes sont supérieures à 10/20 au concours, votre P1 est considérée comme validée, et vous gagnez des ECTS (crédits européens). Ceux-ci auront de la valeur dans vos dossiers de candidature pour certaines formations.

Faire médecine en Roumanie :

Après un ou deux échecs en P1, beaucoup d’étudiants partent étudier la médecine en Roumanie. La durée des études est de 6 ans (plus l’internat), comme en France. La sélection se fait sur dossier et/ou sur concours, consistant en général en une épreuve écrite de type QCM, en français, portant essentiellement sur la biologie et la chimie.

Certaines écoles de médecine roumaine prévoient des sections spéciales où tous les étudiants sont francophones : pendant 2 à 3 ans les enseignements sont dispensés en français, puis en roumain. Les études de médecine en Roumanie attirent beaucoup les étudiants français, car les frais d’inscription et le cout de la vie sont bas, et car les diplômes sont reconnus par tous les pays de l’Union Européenne.

Notez que la très grande majorité des étudiants partant faire médecine en Roumanie ont comme objectif de rentrer en France dès l’internat. De plus, cette attraction pour les études médicales en Roumanie étant un phénomène récent (la Roumanie est entrée dans l’UE en 2007), le recul sur la qualité de la formation et sur ses résultats est nul : les premiers étudiants français formés en Roumanie viennent à peine de terminer leur internat en France.

Vous trouverez sur internet des témoignages d’étudiants français en Roumanie, expliquant généralement que les cours sont davantage tournés vers la pratique et le contact avec le patient, avec des moyens et une technologie souvent moins développée qu’en France. Néanmoins, grâce au succès des sections francophones, les écoles de médecine roumaine ont pu investir dans de nouveaux équipements. Quoi qu’il en soit, il est certain qu’un médecin formé en Roumanie aura plus difficilement  la reconnaissance de ses compétences de la part de ses confrères, qu’un médecin ayant été formé dans un pays occidental connu pour l’exigence de sa formation (France, Belgique, Allemagne, Amérique du Nord etc).

Faire médecine en Belgique :

Comme la Roumanie, la Belgique attire les étudiants ayant échoué en P1 : même si le coût de la vie y est plus élevé, la formation médicale a meilleure réputation. La sélection se fait sur dossier et/ou sur tirage au sort. Notez qu’il y a tellement de candidats français que la Belgique a mis en place des quotas : les écoles de médecine belge ne peuvent pas accueillir plus de 30% de français. De plus, vous ne pouvez déposer un dossier que dans une seule école de médecine sur toute la Belgique.

La formation dure 7 ans et les stages ne commencent qu’à partir de la 6e année. Néanmoins, au bout de 7 ans vous avez déjà un diplôme de « médecin généraliste », et vous avez la possibilité de poursuivre vos études pendant 2 à 5 ans pour vous spécialiser. Le diplôme belge obtenu est reconnu dans tous les pays de l’Union Européenne. La plupart des étudiants français ont pour objectif de revenir exercer en France.

Faire une licence de biologie :

Dans la plupart des universités, si vous avez obtenu plus de 10/20 au concours de PACES, vous pouvez vous inscrire directement en L2 de biologie. Les principaux débouchés sont alors l’enseignement et la recherche. Ainsi, certains étudiants prolongent leurs études jusqu’à faire un doctorat, et entament une carrière de Professeur de physiologie ou d’histologie, notamment dans des facultés de médecine.

Faire un DUT :

Les IUT dispensent une formation générale et technologique en 2 ans, permettant l’obtention d’un DUT (Diplôme Universitaire de Technologie). L’inscription en DUT se fait sur dossier. Votre diplôme en poche, vous pouvez si vous le souhaitez poursuivre vos études dans une licence, une licence pro, etc.

Faire un BTS:

Comme le DUT, le BTS s’obtient en 2 ans, mais les places sont souvent plus limitée (la sélection se fait sur dossier). La formation est plus pointue et plus spécialisée que le DUT. Selon les villes et les écoles, vous trouverez des formations dans les domaines de l’économie, des questions sociales et familiales, des contrôles sanitaires, des analyses de laboratoire, l’agronomie, la diététique…

Passer les concours des écoles paramédicales :

La plupart des écoles paramédicales (en particulier les écoles d’infirmière) nécessitent le passage d’un concours au printemps. Ce concours est de type « post-bac », autrement dit vous pouvez vous y inscrire et le passer sans préparation, ou vous inscrire dans une prépa privée en vue d’augmenter vos chances. Les questions portent généralement sur les cours de sciences de terminale S, parfois sur le français, l’anglais et la culture générale. Sachez que le contenu des enseignements de P1 peut grandement vous aider à réussir les épreuves, aussi bien écrites qu’orales. Aussi, beaucoup d’étudiants décident de passer ces concours pendant leur année de P1, sans passer par une prépa privée.

Attention, certaines écoles paramédicales requièrent la réussite du concours de P1 : il s’agit généralement des écoles de masso-kinésithérapie, d’ergothérapie, de psychomotricité, voire des formations de manipulateur-radio.

S’orienter dans un domaine complètement différent :

Étant donné la réputation de la P1, certaines écoles scientifiques, notamment la plupart des CPGE, peuvent accepter votre candidature même si un ou deux ans se sont écoulés depuis votre baccalauréat. Dans ce cas, ce sont vos résultats de lycée et du baccalauréat qui vous permettront d’intégrer l’école. Notez que l’on vous demandera souvent une lettre de motivation et un entretien, où vous devrez expliquer ce à quoi vous attribuez l’échec de votre P1.

Notez que j’ai seulement listé les principales voies de réorientation.

Quelle que soit l’orientation que vous envisagez, renseignez-vous rapidement sur les délais d’inscription : certaines procédures commencent dès le mois de février, voire même avant pour certaines écoles paramédicales.

N’oubliez pas que la plupart des formations opèrent une sélection : postulez donc toujours à plusieurs formations.

V. Il y a une vie après la P1

Échouer en P1 ne signifie pas rater sa vie ! Beaucoup d’étudiants sont bouleversés à l’idée de ne pas pouvoir réaliser leur rêve après un ou deux ans de vie sacrifiée (non sans conséquences physiques, psychiques ou sociales) et développent parfois de sérieux problèmes psychiatriques : chaque année des étudiants en P1 tombent en dépression, s’automutilent, font des tentatives de suicide qui parfois hélas aboutissent etc. Pour ne pas en venir à ces extrémités, vous devez dès maintenant vous faire à l’idée que 75 à 90% des étudiants échouent en P1, que vous pouvez tout à fait être parmi eux, et que votre vie continuera après la P1, avec de nouveaux projets dans lesquels vous vous épanouirez autant sinon plus que dans un cursus médical.

Pour en savoir plus ou pour partager vos angoisses, je vous recommande d’aller sur les forums d’étudiants en médecine. Voilà un résumé de ce que j’ai pu lire et entendre comme témoignages d’étudiants ayant raté deux P1 :

  • La remise des résultats finaux peut être vécue comme une libération : « Au moins maintenant je suis fixé. Je n’ai pas de regrets : j’ai essayé en sachant que la majorité des étudiants échouent, et j’ai échoué. La seule chose qui me reste à faire c’est de rebondir ».
  • Certains se disent contents d’échapper au travail, aux responsabilités et au stress liés aux études et aux professions médicales.
  • D’autres réalisent après coup qu’ils n’étaient pas faits pour une profession médicale, à cause par exemple du contact avec les matières biologiques (sang, pus, urine, selles…), avec des plaies et des lésions impressionnantes, avec la maladie, la souffrance et la mort et cetera.

Ne soyez donc pas jaloux des étudiants qui réussissent, et n’ayez pas de regrets : pensez à tous les aspects négatifs des professions médicales, pensez aux nouveaux projets qui étaient parfois difficilement compatible avec les études médicales (avoir une vie à côté de vos études, fonder une famille rapidement, voyager pendant vos études…).

Vous vivrez mieux l’échec de votre P1 si vous avez déjà réfléchi sérieusement à votre réorientation, et trouvé un réel intérêt pour un autre cursus.

Pour finir, sachez qu’un ou deux ans de P1 ne sont pas une perte de temps : vous aurez beaucoup appris, tant sur le plan scientifique que sur votre personnalité, votre méthode de travail, vos limites physiques et psychologiques etc.

Que l’on réussisse ou que l’on échoue, la P1 est toujours une expérience unique dont on doit ressortir plus fort.

Si vous avez des questions ou des remarques sur cet article, sur la P1 ou sur les études médicales, n’hésitez pas à poster des commentaires. Lisez aussi mon article intitulé « Réussir sa P1 ».

 

Share.

About Author

34 commentaires

  1. Étant moi-même en paces (à l’ile de la réunion) et attendant avec appréhension les résultats du second semestre, je ne peux que te remercier pour cet article qui m’a grandement rendu confiance en moi! Bien sûr le chemin est un peu plus ardu pour ceux qui n’ont pas un très bon dossier scolaire (glups..). Le problème avec cette filière c’est que c’est un vrai « massacre », peu de chances de réussite et beaucoup de recalés, alors que c’est un domaine très intéressant!

  2. Je vois que beaucoup d’options sont proposées ici. Mais l’option des études en Espagne n’a pas été mentionnée.
    A l’Universidad Europea, on reçoit de nombreux français en kiné et en dentaire.
    Nous avons des campus à Madrid et Valence et vous pouvez étudier en Espagnol et en Anglais.
    Il n’y a pas que la Roumanie et la Belgique!!

    EDIT de Lexane : adresse mail enlevée du commentaire, mais je laisse le lien pour les éventuels intéressés.

    • Bonjour je viens de tomber sur ce site ma fille viens de rater sa paces une deuxième fois a dijon fac de bourgogne classée 250/ 1200 il en prenait 214 en médecine et elle était sur liste d,attente pour dentaire et kiné elle a eu kiné comme l’année dernière mais pas sur que sa lui plaise elle voudrait tenter dentaire en Espagne mais qu’elles sont les critère de sélection je sait qu’il faut le niveau B2 en espagnole ou en anglais car les cours sont donnés dans ses deux langues pouvez vous me donner d’autres renseignements sérieux pour se préparer a étudier en Espagne car se n’ai pas une mince affaire merci beaucoup une maman qui se trouve désespérer après avoir vu sa fille travailler autant pendant deux ans

      • Bonjour,

        Il est en effet possible de venir étudier la kinésithérapie en Espagne dans des universités privées. Il n’y a pas de niveau particulier demandé dans l’université que l’on vous propose mais il faut bien sûr être en mesure de suivre des cours en Espagnol. De nombreux étudiants Français sont déjà sur place et pourront aider.

        Pour connaitre les démarches à suivre pour inscrire votre fille, n’hésitez pas à poser vos questions à : studentsmobility@gmail.com

        Bonne continuation

      • Bonjour Pierron,

        Je me permet de vous écrire car je suis actuellement étudiante en kinésithérapie en Espagne et je peux donc aider votre fille. Je vous laisse l’adresse de mon blog: http://etudierenespagne.blogspot.com.es/ que j’ai créé pour aider les étudiants désireux de venir étudier en Espagne et vivre à Madrid. N’hésitez pas à me contacter si vous avez besoin d’aide. Je souhaite à votre fille d’être bientôt parmi nous !

        Aurélie

      • Bonjour,
        Je suis intéressé par l’existence d’une formation de kiné en Espagne en anglais. Je n’ai pas trouvé cette information sur les sites Web des universités, y compris celle que vous mentionnez. Toutes les formations semblent dispensées en Espagnol. Pouvez vous mettre le lien en ligne SVP? Merci,

    • Blanche d'Esparron on

      Merci Clément, je cherche effectivement des renseignements sur les études en Espagne, est ce qu’il est possible d’entrer en école de sage femme après une année de PACES ratée en France ? Merci de ta réponse

  3. Bonjour, je voudrais tenter le concours psychomotricité en passant par la fac, et je voudrais savoir si c’est possible de le réussir même en ayant pas réussi le premier semestre !

    Merci d’avance

  4. Allier médecine et psychologie ne vous ferez pas de mal loin de là! Si vous pensez que vos remarques sont encourageantes et poussent les jeunes issus d’une P1 à poursuivre leurs rêves et surtout à ne pas perdre espoir: vous vous fourvoyer.Je tenais particulièrement à vous remercier pour ces jolies phrases qui remontent fortement le moral.

    • Cet article ne traite pas de comment garder l’espoir et poursuivre ses rêves, mais de continuer ses études après un échec plutôt que de tout abandonner. Je trouve que vous exagérez.

  5. Bonjour,

    Il est également possible de faire vos études de kinésithérapie ou d’odontologie en Espagne. Cette oportunité offre de nombreux avantages. Nous vous expliquerons quelles sont les démarches à suivre pour venir étudier en Espagne. Il n’y a pas de concours d’entrée.

    N’hésitez donc pas à nous contacter pour plus de renseignements en écrivant à studentsmobility@gmail.com

    Vous pouvez aussi visiter notre site internet: http://www.studentsmobility.com/ et notre page facebook: https://www.facebook.com/pages/Students-Mobility/1426577844283987?fref=ts

  6. Bonjour,
    Je vais redoubler ma P1 car je n’est pas été assez bien classée l’année précédente cependant je commence à me renseigner pour parer à toutes éventualités…
    J’ai tjr été intéressée par le métier de kiné, cependant ma fac ne propose pas ce concours car les cours de kiné sont retransmis dans une autre ville..
    Pouvez-vous donc me donner svp des renseignements sur la formation pour entamer cette voie, est-il possible de tenter les concours et d’avoir une chance de reussite apres noel ( si j’arrete ma P1 car classement trop loin du numérus )??
    Toutes les infos sont les bienvenues 😉

    Merci d,avance
    Tout les dérails seront les bienvenus

  7. Bonsoir,
    Tout d’abord je vous remercie pour votre article très encourageant pour des personnes, comme moi, qui sont défaitistes.
    Je suis étudiante en première année de médecine, mais bon, je me suis lancée dans ça car je ne savais pas quoi faire et, que mes parents me « pousser » un peu dans cette voie.
    Ce qui me passionne vraiment ce sont les langues, et je viens de m’en rendre compte, enfin, je l’ai toujours su mais, influencée par mes parents je me suis voilée la face.

    Je suis plutôt quelqu’un qui se rend vite compte quand quelque chose est fait pour moi ou pas et aujourd’hui 20 septembre je sais que je ne veux pas continuer la paces.

    Donc, je vous le demande, pensez vous que je puisse toujours me réorienter dans une fac de langues après ma première année ? Mon dossier ne sera t-il pas « tâcher » par l’échec de paces ?
    Etant donnée que je suis d’une fac où l’inscription est à l’année je n’ai d’autre choix que de continuer jusqu’à l’année prochaine.

    Merci d’avance et bonne soirée à vous !

    • Bonjour !
      Attention pour les langues ; pour avoir fait une licence LEA, je peux t’assurer qu’il n’y a pas beaucoup de débouchés professionnels ensuite. Il faudra travailler très dur pour réussir !
      Tu pourras parfaitement te réorienter dans une fac de langues, puisque les universités n’ont pas de sélection à l’entrée ; la sélection se fait au cours de la première année, par des examens et partiels difficiles qui vont décourager la plupart des élèves. En attendant la fin de l’année, tu peux soit travailler pour ta PACES et tenter de la valider (plus par fierté personnelle qu’autre chose, du coup, mais tu pourrais ensuite te spécialiser par exemple dans la traduction médicale et là ta PACES peut être un énorme avantage sur tes concurrents du marché du travail), soit essayer d’acquérir une expérience professionnelle et de préférence dans les langues, par exemple en partant en tant qu’au pair dans un pays de la langue de ton choix ou en restant en France mais en traduisant des textes économiques en freelance (et en prenant et donnant des cours de langues régulièrement et de haut niveau pour ne pas tout oublier avant le début de ta formation). Ceci te préparera très bien au cursus et en plus, ça rajoutera une ligne intéressante à ton CV !

  8. Bonjour,

    Je viens partager mon expérience.
    Après avoir fait 2 années de médecine (P1) que j’ai raté, j’ai entendu par hasard la possibilité de faire dentaire en Espagne.
    Ayant toujours voulu faire ce métier depuis que je suis petit, je me suis plus renseigné et maintenant je suis à Madrid en train de réaliser des études de dentaire depuis plus d’un an, et j’en suis très content.

    Voilà, si vous avez envie de me poser des questions n’hésitez pas à me contacter!
    Bon courage pour vos recherches.

    EDIT DE LEXANE : pas d’adresse mail dans les posts. Vous pouvez par contre le contacter en cliquant sur son pseudo. Merci.

    • bon jour
      pourrais tu me donner des renseinement pour acceder a dentaire en espagne .(date d’inscription, prix..
      je suis en p1 pour la deuxieme annee..
      merci

    • Bonjour,
      Ma petite fille est en deuxième année pour son P1,pourriez-vous m’indiquer les démarches à effectuer pour intégrer dentaire en Espagne si jamais elle échoue cette année.
      Merci

    • Bonjour, comme vous je souhaite faire dentaire depuis toujours mais le système du « concours » me bloque complètement! Je vous serez reconnaissante de partager votre expérience avec moi et de me guider pour, comme vous, finaliser mon projet en Espagne…
      Merci de prendre sur votre temps pour me répondre! 🙂
      Camille.

    • Bonjour,

      J’aurai aimé avoir un peu plus d’informations sur votre parcours… Quelle est l’école dans laquelle vous étudiez ? Y a t-il une sélection à l’entrée ? etc… Je suis assez curieuse !

      Merci d’avance pour vos réponses.

    • Bonjour jamesksm, merci de te rendre disponible pour répondre à nos questions.
      Et merci a Lexanne pour ton site.
      Alors voilà, je viens de rater ma deuxieme p1 pour dentaire (j’ai eu pharma) et je voulais savoir, à quel point il faut se donner en espagne par rapport à p1 pendant la première année? et les autres années?

  9. svp quel est le secret pour décrocher un concours filière sage femme. JE suis très inquiète car c’est la dernière ligne droite

  10. Bonjour,
    Je suis redoublante, je retente cette année mais j’aimerais déjà avoir juste une petite info : si j’échoue au 1er semestre et que j’ai un mauvais résultat, est-ce que c’est possible d’aller dans une fac de langues directement (j’ai un bon niveau en langues donc j’aimerais m’orienter vers les langues si je n’y arrive pas) et est-ce que si on a bon niveau on peut-être accepté en 2ème année à la rentrée prochaine (rentrée 2016) ?

    Je vous remercie d’avance
    Bonne soirée 🙂

    • Salut Fathima, je suis également en paces et je sais que, dans ma fac en tout cas, on peut tout à fait utiliser des passerelles en fin de premier semestre qui mènent, entre autre, aux filières LEA et LLCE…

  11. Bonjour, étant moi meme « carrée » ou autrement dit « doublante » et au vue de mon classement bien trop loin du numerus clausus pour obtenir maïeutique ou médecine, j’essaie inlassablement de prendre les devants pour rebondir et trouver une issue à ce cauchemar réel.
    Le semestre rebond semble une bonne alternative, malheureusement j’ai peur qu’en faisant une licence 1 de SVT les débouchés ne soient que trop minimes, pensez vous pouvoir m’éclaircir sur la possibilités de s’orienter dans la recherche et le biomédical en faisant une licence 1 de svt puis une spécialisation en biologie ????

  12. Bonjour,
    après 2 échecs en paces est il possible de s’inscrire en afc de médecine en Roumanie ? C’est ce que j’ai cru comprendre en vous lisant, mais en faisant des recherches sur le sujet, j’ai lu que depuis la modification de l’article 1 du décret n°2011-954 du 10 août 2011 les étudiants qui ont échoué 2 fois en France sont marqués à l’encre rouge et ne pourront pas être admis aux ECN ? Pouvez vous me dire si cette réglementation est toujours en vigueur ou si elle a évoluée ? Merci pour vos réponses

  13. Merci vraiment pour cet article, je me sens infiniment mieux maintenant pour aborder mon avenir.

  14. Bonjour,
    J’ai besoin de conseils : étant redoublante les résultats sont tombés je n’ai pas eu mon année de Paces ni en médecine ni en pharmacie. J’ai le choix de recommencer ces études au Canada. J’aimerais devenir pédiatre, on m’a expliqué entre autre comment se dérouler les études là bas, mais j’aimerais savoir si quelqu’un ici connaîtrais un étudiant français qui est aller au Canada pour étudier.

  15. MArguerite on

    Ma fille vient de rater médecine et c’est la 2ème fois. Elle était bien classée au 1er semestre (93ème) du coup elle n’a pas voulu envisager un plan B. Médecine était son rêve qui vient de s’effondrer. Dur. Quand on a rien prévu, qu’on a toujours été une bonne élève, Bac S avec mention Bien, qu’on est le 23 juin, qu’est-ce que peut-on faire pour se réorienter?? Merci de votre aide

    • Bonjour,

      Comment votre fille a t-elle géré sa réorientation post paces sans plan B en juin??? cela m’interesse vivement
      merci

  16. Bonjour !
    Je suis actuellement en PACES (primante). Je m’étais donné cette année pour confirmer mon choix d’orientation, à savoir médecine, et il s’avère que je ne souhaite plus continuer dans cette voie. Je pense que la dure réalité des études médicales a un peu contribué à me faire renoncer à la médecine.
    Après les résultats du premier semestre (je suis arrivée 676 sur 1200-1300), je me demande, étant donnée ma volonté de me réorienter, s’il était nécessaire de travailler autant qu’au premier semestre. Est-ce qu’un mauvais classement en PACES peut être pénalisant pour être admise dans une licence ou autre ? Car j’avoue avoir perdu toute motivation et envie de travailler autant qu’au premier semestre en sachant que je vais finir par changer d’orientation…
    Merci de m’aider, car je me sens vraiment perdue…

    • Bonjour !
      Les licences ne sont pas sélectives. Mais le jour où on te demandera de présenter ton parcours, c’est toujours mieux d’avoir un bon classement 🙂
      Ne te force pas à travailler trop si ça ne te plaît pas et que tu comptes de toute façon à te réorienter – mais assure-toi d’être sûre de vouloir te réorienter !
      Lexane

Leave A Reply