25 techniques de brainstorming

2
Vous faites face à un problème que vous ne pouvez pas régler de façon normale ? Vous avez besoin de nouvelles idées et de nouvelles solutions ? Le processus de brainstorming stimule votre créativité et vous permet de prendre du recul par rapport à ce problème.

L’idée de ce post a été trouvée en lisant une question posée dans les commentaires par un lecteur de mon site (NDLR : et c’est aussi pour ça qu’on vous encourage à poser vos questions sur Réussir Mes Études !), qui me demandait quelles étaient, selon moi, les meilleures méthodes de brainstorming. Le brainstorming s’appliquant à des contextes très divers, et étant donné qu’il n’y a pas de méthode magique qui corresponde à tous les besoins, je me suis dit qu’il serait plus utile d’écrire un article sur les différents types de techniques de brainstorming. Voici donc une liste de 25 techniques de brainstorming que vous pouvez utiliser pour prendre du recul sur votre situation et avoir des idées nouvelles. À vous de voir lesquelles vous conviennent le mieux.
braintorming
  1. Voyager dans le temps : i y a 10 ans, 100 ans, 1000 ans, 10000 ans ou dans 10 ans, 100 ans, 1000 ans, 10000 ans…
  2. Se téléporter : dans un autre pays, une autre région, un autre univers…
  3. Changer un attribut : si vous étiez d’un autre sexe, grand, un génie, obèse, Asiatique, dépressif, homosexuel…
  4. Jouer un rôle : Si vous étiez un parent, un professeur, votre patron, votre petit ami, meilleur ami, ennemi…
  5. Jouer un rôle connu : comme pour le point précédent, mais en étant plutôt Bouddha, Jésus, Einstein, Edison, Mère Theresa, Winston Chuchill, Adolf Hitler, Barack Obama, Steve Jobs, Bill Gates, Steven Spielberg, Madonna, etc.
  6. Super-pouvoirs : encore le même principe, mais en ayant cette fois un super-pouvoir (inventé ou provenant d’une oeuvre de fiction particulière)
  7. Créer une passerelle : identifiez votre point de départ et votre objectif. Quelle passerelle établir pour combler l’espace entre les deux ? Faites une liste de choses dont vous auriez besoin pour combler l’espace, et voyez comment l’objectif est atteignable.
  8. Brainstorming de groupe : il est toujours plus efficace d’avoir des idées à plusieurs que seul !
  9. Mindmapping : un excellent outil pour trouver un grand nombre d’idées en fonctionnant par « pôle ». Dessinez votre objectif au milieu, créez des sous-problèmes et remplissez votre schéma d’idées.
  10. Medici Effect. Medici Effect (un livre qui n’a pas été traduit en français, malheureusement) montre que des idées provenant de domaines apparemment sans rapport sont liées entre elles. Comparez votre objectif à des objectifs similaires dans d’autres domaines, et comparez les façon d’y arriver. Par exemple, si vous voulez devenir un grand acteur, regardez des musiciens, des politiques, des développeurs de jeux, des chercheurs ou encore des entrepreneurs. Y a-t-il des points communs entre ces différents domaines ? Si oui, ils s’appliquent sûrement à votre situation aussi.
  11. SWOT. Faites une analyse SWOT (Strengths, Weaknesses, Opportunities, Threats, en français Forces, Faiblesses, Opportunités, Menaces) de vos idées : peut-être que d’autres en découleront.
  12. Écriture réfléchie. Regroupez plusieurs personnes et faites-leur écrire leurs idées sur une feuille de papier. Après dix minutes, chacun passe sa feuille à son voisin, qui doit commenter et développer les idées du premier. Continuez jusqu’à ce que tout le monde ait commenté chaque feuille.
  13. Double brainstorming. Trouvez le plus d’idées possible. Ensuite, choisissez les meilleures, et refaites un brainstorming complet pour chacun d’entre elles. Répétez jusqu’à trouver une solution idéale.
  14. Brainstorming par variable. Définissez votre objectif, par exemple, « avoir X de moyenne générale ». Ensuite, divisez cette variable (la moyenne générale) en possibilités différentes (augmenter ma note en mathématiques, être en tête de classe en français, combler mes lacunes en histoire…) et trouvez des solutions pour ces sous-problèmes individuellement.
  15. Niche. C’est le niveau plus abouti du point précédent : combinez les variables, par exemple « comment travailler pour que ça se répercute à la fois sur l’histoire et le français » ou « comment combler mes lacunes en maths peut-il m’aider en physique ».
  16. Mettre en doute. Listez toutes les hypothèses de départ de votre situation, et demandez-vous si ce sont vraiment des contraintes obligatoires. Par exemple, si vous préparez un exposé : vous faut-il vraiment un Powerpoint, ou pouvez-vous utiliser des supports plus innovants ? Devez-vous vraiment parler dix minutes chacun, ou construire plus d’interactions avec le public ?
  17. Échappez-vous des contraintes. C’est une variation du point précédent : prenez les contraintes de base, par exemple « les gens achètent des livres pour les lire », et voyez toutes les exceptions : regarder des illustrations, offrir les livres, les collectionner, s’en servir pour décorer son salon, avoir « l’air intelligent »…
  18. Hipster. Pensez à ce que tout le monde ferait dans cette situation. Faites l’inverse.
  19. Détruire les contraintes. Qu’est-ce qui peut vous empêcher de mieux vous en sortir en cours ? Par exemple, ça peut être le fait qu’il y ait beaucoup de bruit chez vous. Dans ce cas, vous pouvez acheter des boules Quiès, travailler à la bibliothèque ou encore travailler le matin quand votre famille dort plutôt que le soir.
  20. Ressources infinies. Si vous aviez de l’argent, du temps, des employés, des ressources illimités, que feriez-vous ?
  21. Analyse des forces. Qu’est-ce qui vous motive et qui vous aide à vous améliorer ? Qu’est-ce qui vous empêche de faire au mieux ? Trouvez une façon de donner plus de force à la première catégorie et à minimiser la seconde.
  22. Exagérer. Si votre but n’était pas de faire un exposé de 30 minutes, mais de préparer un discours, que feriez-vous ? Et si plutôt qu’une dissertation, on vous demandait un article de 3 lignes ?
  23. Utiliser le hasard. Allumez la télé et prenez la première phrase que vous entendez, ouvrez un site et prenez-en la première image que vous voyez, etc. Ensuite, voyez si ce stimulus pris au hasard peut s’intégrer dans votre réflexion.
  24. Méditer. Concentrez-vous sur votre question, respirez tranquillement, ne faites rien d’autre. Reposez-vous avec simplement un papier et un crayon pour ne pas oublier vos idées. Après 30 minutes, voyez si vous avez trouvé des choses intéressantes.
  25. Lister 101 idées. Ouvrez votre traitement de texte préféré et créez une liste numérotée. N’arrêtez pas avant d’avoir au moins 101 idées, qu’elles soient bonnes ou non.

Avez-vous d’autres astuces pour remédier à un problème, répondre à une question ou simplement trouver des idées ? Proposez-les dans les commentaires de cet article !

Share.

About Author

2 commentaires

  1. A noter aussi pour les groupes à partir de 15 personnes et jusqu’à…. no limit : faire un world café.

    Habituellement, trois questions successives sont posées, qui génèrent trois conversations d’une durée de vingt à trente minutes chacune.
    Prévoir tout de même une bonne gestion de l’organisateur (des animateurs, du matériel d’animation post-il, paperboard etc….).

    La première question est large et permet une grande divergence de réflexions
    La seconde question est plus focalisée et permet un début de convergence
    La troisième question permet de récolter les idées qui vont servir à centrer le groupe sur les actions à mener et aboutir à un plan d’action.

    C’est une excellente méthode participative.

    Le principe :
    Une fois le thème défini, les participants sont répartis en groupes de 3-4 personnes maximum qui se réunissent autour de tables, dans une atmosphère conviviale et décontractée (attention au bruit !!).
    Chaque groupe discute du thème pendant 20 à 30 minutes puis les membres des groupes vont rejoindre des tables différentes pour repartir sur les dernières conclusions du groupe précédent.
    Un membre du groupe restera donc à chaque table et servira d’hôte pour accueillir les nouveaux membres et leur résumer les idées majeures des conversations précédentes.

    Cet échange se répète quelques tours, pendant lesquels les membres peuvent noter ou dessiner leurs idées sur une nappe ou un paperboard, avant que tous les participants ne se retrouvent en session plénière pour partager leurs découvertes.

    Il s’agit alors de récolter une vraie synergie de toutes les pensées émises.

    • Merci beaucoup pour cette proposition, je la testerai dès que possible en cours ou avec l’équipe de Réussir Mes Études, et on essaiera d’écrire un article de feedback détaillé sur le sujet !

Leave A Reply