Choisir ses études après le bac : Sciences Po

0

Cet article a été rédigé dans le cadre d’un partenariat commercial avec Arcades Formation et PGE-PGO.

Sciences Po et ses débouchés

Sciences Po, c’est le nom qu’on donne à l’IEP (Institut d’Études Politiques) de Paris, en opposition à ceux de province, parce qu’on aime bien cracher sur la province juste pour la forme. Dans cet article, je parlerai donc de Sciences Po parce que c’est le nom qu’on connaît, mais les concours s’adressent aussi aux IEP de province, et donc, mes conseils aussi.

Ils recrutent en Terminale pour la licence, mais aussi en fin de licence pour des Masters : dans les deux cas, il faudra passer un concours d’entrée. La licence n’a pas de spécialité, elle se fait en tronc commun et les étudiants y suivent tous les mêmes cours, ce qui va leur donner les bases nécessaires à leur Master, qui lui sera très spécialisé.

Peu d’étudiants finissent vraiment en politique : beaucoup partent dans le secteur privé avec des débouchés comparables à ceux qu’on trouve après une école de commerce.

Que faire en Terminale pour décrocher Sciences Po ?

Tout au long de l’année

Évidemment, tout commence avec un dossier scolaire impeccable. Pas seulement des bonnes notes, mais aussi des bonnes appréciations : rien ne doit faire tache, et si vous négligez l’EPS parce que “c’est pas une vraie matière”, ne revenez pas sur ce blog, vous ne le méritez pas.

Faites appel à vos professeurs : vous n’êtes sûrement pas le premier à vouloir intégrer un IEP, et ils seront généralement ravis de vous aider, surtout si vous montrez de la bonne volonté et que vous travaillez dur. Ils pourront sûrement vous donner des conseils et vous accompagner sur des exercices supplémentaires.

Liste de lecture

Pour bien réussir vos concours, utilisez quelques ouvrages fondamentaux :

  • Un livre qui retrace toute l’histoire du XXème siècle. Selon votre niveau, essayez de le prendre en anglais pour faire d’une pierre deux coups. Attention à bien comprendre ce qu’il s’y dit, par contre !
  • Lisez la presse étrangère, et pas seulement en anglais mais aussi dans votre LV2. Vous suivez donc les actualités tout en améliorant votre niveau de langue. Pareil pour la radio (oui, ça existe encore) ou, plus moderne, des podcasts d’actualité. Évitez les chaînes YouTube ou la télé : c’est une bonne solution si votre niveau n’est pas génial, mais ça vous fait beaucoup moins travailler la compréhension parce que vous avez aussi un support visuel qui rend les choses plus faciles.
  • Allez immédiatement chercher le thème des concours de votre année, et lisez sur la question. En 2017, c’était La Mémoire et La Sécurité. Dès que les sujets tombent cette année, trouvez-vous une bonne liste de lecture, et lisez. Beaucoup. Vraiment beaucoup. (Et là pour le coup, n’hésitez pas à commencer par des bonnes vidéos d’introduction avant de vous lancer dans des bouquins imbitables sans connaissances préalables).

Préparer le concours avec un organisme de formation spécialisé

Si vous êtes à Paris, pour Sciences Po comme pour se préparer aux grandes écoles de commerce, vous pouvez faire appel à un organisme spécialisé. Dans le cas de mon lien, c’est PGE-PGO, qui vous propose une journée gratuite de formation au passage.

En province et à l’étranger, c’est évidemment toujours plus compliqué, mais ça existe encore : stages pendant les vacances, prépa en ligne ou encore clubs locaux (la ville de Grenoble en animait un à l’époque où j’étais au lycée, ça doit sûrement encore exister), plein de solutions sont mises en place pour que vous ayez votre chance aussi. Faites-moi penser, au passage, à écrire un article sur l’injustice de l’accès aux études supérieures quand on ne vient pas de Paris.

Et si je change d’avis ?

Se réorienter pendant son parcours

Ne vous inquiétez pas : après le bac, tout n’est pas joué. Déjà, vous pouvez vous réorienter après vos études. Pour ma part, j’avais fait un bac S, commencé mes études supérieures en licence d’économie-gestion, puis ai embrayé sur une licence de Langues Étrangères Appliquées pour enfin finir par un Master en école de commerce. Et si ça se trouve, dans 2 ans, vous me verrez reprendre mes études pour faire encore autre chose !

Niveau possibilité de reconversion pendant vos études et en particulier en fin de licence, je vais vous proposer d’aller voir les débouchés d’une licence d’économie : c’est quasi-identique.

La reconversion professionnelle

Vous pourrez toujours changer de métier après quelques années d’expérience. Encore une fois : rien ne vous engage à vie. Alors oui, choisissez bien vos études, parce que c’est dommage de perdre des années à ne pas être tout à fait heureux, mais si vous découvrez dans quinze ans que finalement, vous auriez préféré être horticulteur, vous pouvez. Pas de panique, donc. Oui, vous vous engagez et vous devez vous impliquer pleinement dans vos études pour les réussir. Non, vous ne vous engagez pas à vie et votre avenir tout entier ne dépend pas du choix de vos études. On en fait toujours trop. Ne stressez pas trop : faites de votre mieux, et vous verrez où votre vie vous mène plus tard. L’article de blog vers lequel j’ai mis un lien plus haut peut vous être utile, en vous montrant ce que vous pouvez faire sans qualifications particulières ou avec des formations courtes en cours de carrière. Voyez ? Toutes les portes ne vous sont pas fermées, loin, très loin de là.




Comments

comments

Comments are closed.