Formation à distance – EMWeb

3

Voila maintenant deux ans que j’ai débuté ma formation à distance dans le domaine du WebDesign. Voici venir un essai sur ces deux années de motivation en dents de scie.

Pourquoi la formation à distance ?

Tout d’abord parce que j’avais passé trois années en études supérieures et qu’à l’époque je n’avais pas envie de recommencer tout depuis le début. Je voyais ma liberté, mon indépendance, la fille persévérante qui cumule boulot et cours du soir dans une perfection absolue. Du coup à force de chercher je suis tombée sur l’EMWeb qui propose plusieurs formations (Web Marketing, Webdesign, Développement web, Community Management). Un rendez vous téléphonique, quelques questions sur mes motivations, mes connaissances, une plaquette de renseignements et me voila partie dans le monde merveilleux du WebDesign! Ayant déjà fait deux années de langages informatiques ainsi qu’une année d’infographie je m’étais ainsi dit que c’était une bonne idée d’essayer de lier un peu toutes mes connaissances entre elles.

En pratique

Dans mon cas, la formation à distance ce sont des cours qu’on t’envoie avec des devoirs à rendre. Pas de planning, tu gères toi-même ton temps, l’ordre des matières étudiées. Concernant les cours j’ai eu droit à des cours papiers, des dvds de tutoriels ainsi que de petites choses trouvables sur mon espace élève. Quelque fois l’école organise aussi des workshop, en visioconférence ou à Paris. J’ai eu l’occasion d’assister à celui sur le design et l’identité. Une journée avec un exercice donné, en compagnie d’autres élèves. Un TP étalé sur une journée en quelque sorte, avec des retours, des conseils, des pistes différentes sur ce que l’on fait. Enrichissant.  Quelques-uns de nos professeurs nous proposent également des visioconférences sur des sujets variés.

J’ai attaqué ma formation en Septembre. Presque une impression de reprise traditionnelle des cours. Ca commence un peu de la même façon en fait. L’excitation du début des cours. Recevoir son premier colis contenant les premiers fascicules ainsi que le premier dvd de vidéos. Et puis il se passe le même phénomène que chaque année classique de cours. La joie des premiers cours s’évapore un peu. La nouveauté n’est plus et on s’installe dans une espèce de routine. Après avoir assimilé le cours, il faut plancher sur un, deux ou trois devoirs. Généralement, on demande de fouiller un peu plus par soi même, les correcteurs y sont sensibles et cela permet d’approfondir le cours (en plus d’être pour moi un devoir moral). De toute façon les questions sont tournées le plus souvent de façon à ce que le cours ne suffise pas. Pour les devoirs « théoriques » en tout cas. Les devoirs pratiques sont plus variés. On reste cependant dans la justification. Pourquoi choisir ceci pour l’interface d’un site web plutôt qu’une autre. Ce sont des choses que les gens ressentiront et ce même sans formation et qui fera que cela fonctionnera ou pas.

Là ou les problèmes commencent

Mon problème dans tout ça, c’est que la formation est loin d’être la seule chose à faire dans la journée. Tu vas avoir des tas de choses à faire. Ne serait ce que parce que tu travailles à la maison, tu as l’impression d’être plus libre. En théorie, pas d’horaire, pas de contraintes telles que des dates de rendu. Dans mon cas, j’ai voulu aussi devenir indépendante financièrement parlant. J’avais aussi mon statut d’autoentrepreneur, pris à la fin de mes études traditionnelles. Sans parler des petits projets que j’avais en tête, seule ou avec des amis, des connaissances. Au final ça fait effectivement beaucoup. L’autre problème, c’est clairement le manque de confiance en soi. Se lancer dans un devoir seul, surtout graphique, ça demande un minimum de confiance en ce qu’on fait, et c’est sans doute cela qui doit être appris en priorité.

Un autre soucis, que d’autres élèves ont pu rencontrer, c’est l’idée que la formation en elle même ne suffit pas. Je pense que c’est valable dans d’autres domaines d’études, mais il est très recommandé de regarder ailleurs. Dans le cas de ma formation, je suis souvent d’autres cours de développement, des tutos divers sur les logiciels de création (Photoshop, Illustrator pour ne citer qu’eux) mais il faut aller encore plus loin. Il faut se tenir au courant des tendances, de l’évolution du graphisme sans parler de l’histoire du design. C’est un sacré paquet d’infos à ingurgiter, un travail sans fin. Puisqu’il faudra être en alerte sans arrêt, s’intéresser à l’actualité, écouter de nouvelles choses, aller au cinéma voir de nouveaux films,  visiter des musées, voir des expositions, jouer aussi. J’en oublie surement mais l’idée c’est qu’il faudra toujours rester ouvert, s’interroger sur les nouveautés afin de proposer un travail adapté.

De l’utilité du planning

La solution viable que j’ai trouvé reste l’organisation. Prendre le problème à l’envers. Je n’étudie pas lorsque j’ai du temps, je prends le temps d’étudier. Cela peut paraitre simple dit comme ça, une évidence qu’on ne devrait pas avoir besoin d’expliquer. Et pourtant. Organise toi! Fais toi des plannings indiquant la ou les matière(s) à étudier telle semaine. Impose toi des dates de rendus sans pour autant te projeter sur toute l’années à venir. Les corrections arrivent vite, afin de passer au devoir suivant mais des problèmes ne sont jamais à exclure. Les professeurs sont suffisamment à l’écoute dans cette formation, il est possible de prendre rendez vous avec eux pour éclaircir des zones d’ombres. Faits toi des petites sessions de travail sur des points précis, organisées dans votre journée ou votre semaine. Si tu arrives à le tenir, tant mieux! Sinon, ne te mets pas une pression immense sur les épaule, c’est loin d’être productif. Éloigne autant que possible le stress et l’angoisse de ne pas y arriver. Fais autre chose, puis reprends ton travail. C’est la seule option viable, crois-moi.

S’entourer

Le principal problème d’une formation à distance reste la solitude, face au cours, aux devoirs. Les professeurs sont disponibles mais la proximité d’autres élèves motivés fait toujours du bien. Depuis peu, des communautés d’élèves se sont crées sur facebook et google +, ce qui permet de se sentir moins seul. Un forum, plus ancien lui, nous avaient d’abord rapproché. On y échange nos bon plans, les problèmes rencontrés, nos avis sur nos futurs métiers. Il n’est pas question en revanche de donner des réponses aux devoirs. Aider oui,  donner des pistes, des axes de recherches, des sites ou se renseigner qui permettent à tout le monde d’avancer. De plus, cela permet de nous constituer un premier réseau. Certains élèves ont organisé une interwiew live à propos du SEO le mois dernier. Ce genre d’événements profitent à tous, permet d’en apprendre un peu plus dans un cadre ludique. Les workshops permettent aussi de rencontrer d’autres élèves. A mon sens, ce sont des facteurs de réussite.

Pour finir

Une formation à distance est difficile, parce qu’on doit s’organiser tout seul, parce qu’on se retrouve physiquement seul devant sa copie. Il faut avoir l’envie de chercher, d’apprendre, être curieux. Vos cours ne suffiront pas, il faudra aller chercher plus loin pour accéder à la réussite. Mais si tu es motivé, parce que tu travailles déjà, que tu veux reprendre une une formation ou que sais je encore, fonce. Renseigne toi sur les formations qui te font envie, appelle, demande des avis sur les réseaux sociaux ou les forums et lance toi. L’EMWeb est pour moi un bon choix, la formation est variée, l’administration est réactive, les professeurs à l’écoute.

Share.

About Author

3 commentaires

  1. Super votre article ! Je suis moi aussi en fin de formation webdesigner à l’EMWeb et vous mettez par écrit toutes les questions que je me suis posées / problèmes que j’ai rencontrés au cours de mes deux années de formation 🙂
    Bon courage pour la suite !

Leave A Reply