Les 5 erreurs qui plombent votre dissertation

0

Créateur du site 1000 idées de culture générale et coauteur du manuel éponyme, Romain Treffel propose gratuitement des dissertations entièrement rédigées par ses soins pour constituer des modèles de méthodologie.

« Primum non nocere » dit l’adage médical. En clair, empêcher les actions susceptibles de nuire, d’aggraver la maladie, est la première étape de la guérison.

Et si on appliquait ce principe à la dissertation : est-ce que commencer par éviter les principales erreurs que vous commettezne serait pas la meilleure recette du progrès ?

Voici donc, d’après mon expérience de correcteur, les cinq erreurs les plus courantes à éviter en dissertation.

Erreur #1 : se focaliser sur des détails

Combien d’élèves sortent d’une épreuve de dissertation en fantasmant sur l’effet que telle référence, ou telle citation – qu’ils croient, dans leur naïveté, exceptionnellement originale (c’est d’ailleurs pour ça qu’ils l’ont apprise la veille) – produira sur le correcteur ?

« J’ai parlé de Kant, Hegel, et de Sartre : il ne va pas en revenir ! ». « J’ai cité en entier un poème japonais. Si avec ça je ne sors pas du lot ! »

Mais bien sûr…

Certains, plus adeptes du risque et plus confiants dans leur style littéraire, misent sur tel passage, particulièrement léché à leurs yeux – ils ont laissé leur talent s’y exprimer pendant un quart d’heure – voire telle phrase spirituelle, dont ils imaginent qu’elle ne peut pas rester inaperçue du lecteur, pour obtenir une bonne note.

« La dernière phrase de ma conclusion est digne de Proust ! ».

Ah oui ?! Et toutes les autres ?

Ce genre de tactiques sont en réalité problématiques à deux points de vue.

En premier lieu, elles reposent très souvent sur un fantasme : non, les références que l’élève croit originales ne vont pas abasourdir le correcteur, souvent expert dans la discipline ; non, le poème japonais, si tant est qu’il soit cité à bon escient, ne va pas lui faire oublier tout le reste de la copie ; non, le paragraphe surtravaillé n’est pas digne de Proust – il est au contraire ampoulé, et l’élève surestime son talent littéraire ; non, la conclusion n’est pas un trésor philosophique inédit.

En second lieu, ces tactiques ont forcément un coût d’opportunité. Très généralement, l’élève qui a mis le paquet sur une référence, une citation, un passage, voire quelques phrases qu’il pense stratégiques – très généralement cet élève a négligé les autres aspects de l’exercice, c’est-à-dire l’essentiel : la réflexion, la problématisation, le plan, et la qualité de la rédaction.

Ainsi, donner la priorité aux détails est aussi peu recommandé en dissertation que pour agir, de manière générale.

C’est bien évidemment l’inverse qu’il faut faire : se focaliser sur l’essentiel, et ne soigner les détails qu’ensuite, à la condition que l’essentiel soit assuré.

Erreur #2 : bâcler la dernière partie

Dans mon expérience, la majorité des élèves finissent leur dissertation dans l’urgence (voire en dépassant le temps imparti), en sueur, en luttant contre les crampes du poignet tout en essayant de se persuader qu’ils peuvent encore écrire plus vite.

La conséquence évidente de cette mauvaise gestion du temps est que la dernière partie de la copie (souvent le III) laisse à désirer par rapport aux précédentes : elle est non seulement illisible, mais elle est également plus courte, et sur le fond moins pertinente.

Or, le correcteur ne peut manquer d’être saisi par le déséquilibre du texte, lequel lui laissera un fort goût d’inachevé. Si ce défaut ne préjuge pas de la qualité de la réflexion, il est tout de même majeur dans la mesure où il signifie que l’élève n’a pas véritablement terminé l’exercice.

Alors, comment expliquer cette erreur si courante ?

Le bâclage de la dernière partie est tout d’abord un problème d’organisation. Quand on s’engage dans la rédaction, il ne faut pas prévoir les choses au doigt mouillé ; mais connaître précisément la durée de l’épreuve restante et affecter la même portion de temps à chaque grande partie (en prévoyant aussi une dizaine de minutes pour relire la copie).

Dans l’écoulement de cette durée, ensuite, il faut avancer à un rythme constant, sans perdre de temps avec les détails (erreur #1), et regarder fréquemment sa montre (disons, à la fin de chaque paragraphe, par exemple) pour rester dans les clous.

Pour autant, une meilleure gestion du temps ne fera pas tout, car il s’agit aussi généralement d’un déséquilibre de fond.

Très souvent, en effet, on est beaucoup moins inspiré pour la dernière grande partie : on y fait un peu la synthèse, ou un hypothétique dépassement des précédentes, ou on y évoque une idée assez vague, des pistes de solution, etc. Comme on a peu de connaissances et de références, l’enjeu devient alors de réussir à dissimuler la médiocrité du propos.

Du coup, cette erreur s’évite bien en amont : il ne fallait pas faire un III « Potemkine » ; plus généralement, il ne fallait pas négliger le plan.

Erreur #3 : négliger le plan

Il est très rare qu’une bonne copie repose sur un mauvais plan, même sur un plan moyen. Inversement, un plan efficace est, de façon quasi certaine, la garantie d’une bonne note.

Mais les mauvais plans sont divers et variés.

Quand je lis une copie, parfois, je n’arrive tout simplement pas à identifier le plan. C’est peut-être déjà une absence « visuelle », dans la mesure où l’élève ne prend pas la peine d’annoncer le plan, ni de séparer clairement pas les parties dans sa copie. C’est plus souvent une absence « intellectuelle » : le propos n’est pas structuré sur le fond, ce qui rend bien difficile d’introduire les parties et de les articuler avec des transitions.

Le problème le plus fréquent réside dans l’organisation des parties. Si elles ne sont pas mauvaises en elles-mêmes, elles ne s’enchaînent pas, ne sont pas liées logiquement ; elles ne forment pas un tout ; elles ne révèlent pas non plus la progression de la réflexion.

Alors certes, pour beaucoup d’élèves, c’est l’élaboration du plan qui demande le plus gros de l’effort en dissertation.

Synthèse des résultats de la réflexion, elle est clairement l’étape qui distingue l’exercice des simples contrôles de connaissance du collège et du lycée, si confortables de transparence et de facilité.

La construction du plan, c’est plus profondément le cœur de la dissertation dans le sens où les enjeux fondamentaux sont la qualité de la réflexion ET la qualité de l’expression.

Cette étape mérite donc du temps et beaucoup de soin.

Erreur #4 : recracher le cours

Recracher le cours, c’est un peu comme faire un doigt d’honneur au correcteur.

On donne à l’élève un exercice de réflexion et d’expression, qu’il ne peut donc réussir qu’en faisant explicitement preuve d’une bonne qualité de réflexion et d’expression… Eh bien non ! Il se réfugie dans le copier-coller !

Le recrachage du cours, c’est comme jouer au foot avec les mains : c’est très rare que ça marche – et encore faut-il invoquer Dieu – et c’est systématiquement carton ; puis souvent penalty, défaite, et parfois déshonneur.

Bref, c’est une « tactique » à évacuer purement et simplement.

Si la plupart des élèves le savent déjà, beaucoup trop accordent encore une importance excessive à leur cours.

D’un côté, ça n’est pas si bête que ça si le professeur et le correcteur sont la même personne, car on peut escompter qu’il aimera forcément recevoir la preuve de sa propre utilité en retrouvant ses propres mots dans les copies. Mais si le professeur est honnête et pas totalement désintéressé par le destin de ses élèves, alors il cherchera en priorité à évaluer la réflexion et l’expression écrite.

Or, dans la perspective de l’erreur #1 – assurer l’essentiel avant de s’attarder sur les détails – les connaissances de cours relèvent plutôt de l’accessoire (même si elles sont nécessaires), ce qui veut dire qu’elles sont forcément mobilisées au détriment des aspects prioritaires de la dissertation, dont… l’analyse du sujet.

Erreur #5 : ne pas analyser le sujet de la dissertation

La hantise des élèves, le fameux hors-sujet !

« Est-ce que je ne suis pas à côté de la plaque ? ». « Est-ce que j’ai tout vu ? ».

On croirait à de la paranoïa, mais ces interrogations sont en fait justifiées, parce que les copies qui proposent une analyse plutôt exhaustive du sujet sont rares.

Il semble qu’il y ait toujours une petite proportion, variable mais incompressible, de hors-sujets.

Qu’est-ce qu’un hors sujet ? C’est répondre « Il fait 25°C. » à quelqu’un qui demande « Quelle heure est-il ? ». S’il apparaît toujours comme une erreur grossière avec le recul, il s’explique simplement par le fait que l’élève n’a pas pris la mesure des véritables enjeux de l’exercice (la réflexion et l’expression).

Certaines mauvaises habitudes le rendent plus probable. Par exemple, apprendre son cours bêtement par cœur pour le recracher (erreur #4) ; ou encore, noter frénétiquement tout ce que l’on sait sur les feuilles de brouillon au début de l’épreuve, sitôt le sujet découvert.

Mais le hors sujet reste quand même l’exception.

Plus fréquemment, l’élève se focalise entièrement sur un aspect du sujet qui lui a immédiatement sauté aux yeux quand il l’a lu – alors il se précipite dessus pour en tirer tout ce qu’il peut, comme s’il avait trouvé une source dans le désert. Ce cas constitue un hors-sujet partiel, qui n’est pas aussi grave, mais plus fréquent que le hors-sujet total.

Très souvent, enfin, l’analyse de l’élève manque de simplicité.

Bien sûr qu’une question générale de philosophie, culture générale, histoire, économie, sociologie, etc. constitue un problème intellectuel très probablement trop large et trop complexe pour être résolu par un étudiant en quelques heures et dans des conditions stressantes – c’est inévitable.

Seulement, cette difficulté n’est pas un prétexte pour tirer du sujet une problématique ambiguë, dont découlera forcément une dissertation obscure.

Ainsi, l’élève qui veut déjà, à l’image du médecin, éviter de « mal faire » en dissertation, doit négliger les détails, veiller à l’équilibre de ses grandes parties, soigner le plan, se détacher de son cours, et analyser efficacement le sujet.

Les dissertations gratuites entièrement rédigées par Romain Treffel peuvent servir de modèles de méthodologie.




Comments

comments

Comments are closed.