La prise de notes pour les nuls

2

La première chose à savoir faire quand on est étudiant, c’est prendre des notes efficacement. Voici quelques astuces et une méthode infaillible pour cela.

Un de mes amis, Thomas, a la chance d’être capable d’écrire très vite, mais sa main le fait atrocement souffrir assez rapidement et il se voit forcé de ralentir. Du coup, la moitié de son cours est une transcription quasi-parfaite des paroles du professeur, l’autre moitié un gribouillis ultra-résumé qu’il est le seul à pouvoir déchiffrer. Et encore.

Est-il nécessaire de vous dire que Thomas n’a pas la bonne technique pour prendre des notes, que ce soit dans la première moitié de son cours ou dans la seconde ?

Evidemment, écrire exactement ce que dit le professeur pourrait sembler intéressant à beaucoup d’entre nous. Mais c’est une énorme erreur, parce que quand on recopie, on ne réfléchit pas à ce qui se dit, on n’essaie pas de comprendre. Il faut donc prendre le nécessaire de notes : pas trop pour pouvoir se concentrer et prendre le temps de comprendre ce que dit le professeur, pas trop peu pour pouvoir réviser correctement avant les examens, après un long délai.

Voici donc mes conseils de prise de notes. Evidemment, ils ne sont pas universels, et vous pouvez les adapter à votre méthode de travail pour augmenter encore votre efficacité !

Aérer le texte

Plus vous mettrez d’informations dans un paragraphe, moins vous en retiendrez, gardez toujours en tête qu’on ne retient bien qu’un court segment du cours. Alors si vous divisez ledit cours en nombreuses petites parties, cela aidera à votre compréhension et à votre mémorisation.

Mettre les titres en couleur

Gardez un stylo 4 couleurs près de vous pendant le cours. Les grands titres seront en rouge, les sous-titres en vert, puis pour les plus petites parties, en noir. Ainsi vous repérerez facilement le plan du chapitre.

Numéroter les parties

Encore une fois, le but est de se repérer facilement dans les cours. Pensez à numéroter ainsi : 1. Grand titre, 1.1 Sous-partie, 1.2 Deuxième sous-partie, 1.2.1 Plus petite partie, etc. Ca demande un peu de réflexion au début, mais vous ne vous perdrez plus jamais entre les A, les I, les 1, les i et les a. C’est très pratique, parce que cette méthode permet d’uniformiser ses cours, et d’avoir le même système de numérotation quel que soit celui du professeur.

Sortir le stylo rouge

C’est la magie du stylo rouge, accessoire par excellence du bon élève ! Il est nécessaire pour souligner les mots-clés, les idées maîtresses (attention, jamais plus de 5 mots à la suite), les grands noms, les chiffres, les dates… bref, tout ce qu’il faut absolument retenir. En un coup d’oeil, vous pourrez donc voir tout ce qui est vraiment important dans vos notes, et c’est très utile si vous voulez simplement vous remettre un peu le cours en tête avant la leçon suivante, ou si vous devez réviser mais n’avez pas le temps de lire votre cours en entier.

Utiliser des abréviations claires

Utilisez toujours la même abréviation pour le même mot. S ne doit pas vouloir dire Société, Saucisse et Stendhal, sinon, vous allez avoir un certain problème pour relire vos notes. Je me souviens de ce professeur qui utilisait CAF et PAF pour respectivement Capacité de Financement et Portefeuille d’Actions Financières ; ne faites pas la même chose que lui, c’est affreux pour se relire.

Couper les phrases

Plutôt que “l’injustice ressentie par les américains a finalement causé l’insurrection des 13 colonies américaines, qui sont devenues des Etats indépendants constituant les Etats-Unis d’Amérique après la Guerre d’Indépendance”, écrivez plus brièvement : injustice ressentie par américains -> insurrection 13 colonies -> Guerre Indépendance -> Etats-Unis. C’est autrement plus court, et c’est toujours aussi lisible. En ajoutant des abréviations, ça donne : injustice ressentie amé. -> insurrection 13 col. -> Guerre Indép. -> USA. C’est encore compréhensible et ça vous permet de faire tenir en à peine une ligne ce qui vous aurait pris un paragraphe entier.

Alors voilà, vous avez bien pris des notes, votre classeur est tout joli, aéré, coloré. Et maintenant, on fait quoi ? Eh bien maintenant, on suit quelques étapes pour rendre ce cours parfait.

Comparer

Premièrement, comparez vos notes avec celles d’un autre étudiant. Peut-être que vous n’avez pas retenu les mêmes éléments, que vous êtes passé à côté d’un point crucial ou au contraire que vous avez apporté énormément d’attention à un détail. Ce n’est pas grave du tout, mais il faut absolument vous en rendre compte avant l’examen !

Relire

Si un mot est illisible, réécrivez-le avant de l’oublier. Reformulez une phrase qui ne veut rien dire.

Compléter

En relisant vos notes, normalement, vous allez vous poser quelques questions. Pour rester dans le domaine de l’histoire américaine, dans un sujet sur la Guerre de Sécession, vous voudrez peut-être en savoir plus sur Abraham Lincoln, par exemple. Prenez une feuille de brouillon et notez tous les mots-clefs qui vous intéressent et les questions qui vous viennent à l’esprit aussitôt. Puis trouvez des ouvrages qui en parlent ou faites une recherche Internet pour en savoir plus. Encore mieux, vous pouvez en parler directement à votre professeur.

Structurer

Si votre professeur est un de ces affreux personnages qui aiment perdre leurs étudiants et ne donnent surtout pas de repères tels que les noms de chapitres ou de grandes parties, tant pis, faites-le vous-même. Isolez les parties importantes, résumez-les en une ligne maximum et vous voilà avec un titre. Cela vous servira non seulement à savoir exactement de quoi parle votre cours, vous obligeant à le comprendre pour le nommer, mais aussi à vous repérer plus facilement.

Résumer

Chacun de vos paragraphes doit pouvoir être résumé en quatre ou cinq mots : “l’effondrement de Wall Street”, “crise et banquiers”, “définition subprimes”. Ecrivez ce résumé dans la marge, il pourra toujours vous être utile en particulier pour vous interroger vous-même lors de vos révisions !

Reformuler

Réécrivez chaque passage un tant soit peu difficile avec vos propres mots, vous le comprendrez beaucoup mieux, surtout dans 6 mois pour vos révisions finales..

Schématiser

Si vous vous sentez plus à l’aise avec un schéma, n’hésitez plus, dessinez dans la marge ou sur une feuille de brouillon pour mieux comprendre en un coup d’oeil !

Illustrer

Non, je ne vais pas vous dire de sortir vos crayons de couleur (ça, c’était le point juste au-dessus), mais de chercher des exemples précis pour chaque fait un peu général. “Natifs décimés par les maladies, ex. variole”.

Une fois que vous aurez fait tout cela, si vous aviez laissé beaucoup d’espace sur votre feuille de prise de notes, tout va bien. Sinon, vous avez normalement une feuille tellement noircie d’encre sur le moindre recoin que la meilleure solution sera probablement de recopier tout cela sur une nouvelle feuille. Cependant, avec ces méthodes, vous avez dégraissé votre cours, même si vous lui avez ajouté du contenu supplémentaire. Vous avez remplacé un paragraphe entier par un schéma, un autre par une liste accompagnée d’exemples : votre cours recopié sera normalement plus court que vos notes, et devrait faire environ la même longueur une fois que vous aurez ajouté vos informations supplémentaires récupérées dans la partie “Compléter”. Maintenant, vous avez un cours bien présenté, complet et compréhensible, et avec tout le travail que vous venez de fournir, vous en connaissez déjà la plus grande partie !

Recopiez-vous vos cours, ou laissez-vous énormément d’espace sur votre page de prise de notes ? Répondez dans les commentaires, je suis curieuse de savoir quelle méthode vous avez choisie ! N’hésitez pas non plus à partager cet article sur les réseaux sociaux, et n’oubliez pas de cliquer sur “J’aime” s’il vous a été utile !




Comments

comments

Comments are closed.