6 caractéristiques d'une équipe efficace

2

On ne crée pas une équipe exceptionnelle par hasard. Ces groupes qui agissent en symbiose parfaite sont le résultat de beaucoup de travail et d’une excellente coordination. Et c’est justement pour cette raison qu’on doit chercher certaines choses en particulier au moment de créer une équipe.

Bien sûr, chaque membre de l’équipe a besoin d’être doué lorsqu’il travaille seul aussi, mais ça ne suffit pas pour travailler correctement en équipe. Les membres d’une équipe efficace ne sont pas des personnes qui travaillent chacune dans leur coin puis mettent tout en commun : elles savent mettre à profit les qualités de chacun et effacer leurs défauts en agissant de façon complémentaire.

Intelligence émotionnelle

Des études, par exemple celle-ci conduite par Anita Woolley de la Carnegie Mellon University (Pennsylvania), ont conclu qu’au-delà de l’intelligence ou des compétences des membres de l’équipe, il faut que chacun d’eux soit socialement adapté et capable de prendre en compte les exigences d’un groupe et des personnes qui le composent.

Woolley avait composé des équipes de deux à cinq personnes à partir de 699 volontaires, et leur avait fait passer une série de tests : des puzzles à compléter, de la sténographie, du brainstorming, et des négociations. Les groupes ont ensuite été évalués sur leur performance et ont reçu un score qui visait à mesurer leur “intelligence de groupe”. La sensibilité était le facteur déterminant des résultats de chacun des groupes, loin devant l’intelligence moyenne du groupe ou celle du membre le plus brillant : c’était la capacité de comprendre les sentiments et les pensées des autres qui a vraiment influencé les résultats des personnes évaluées.

Introvertis et extravertis

D’un côté, on nous dit que les introvertis sont souvent moins adaptés au travail de groupe, puisqu’ils ne se font pas entendre ; de l’autre, on insiste sur le charisme des extravertis. Que faut-il pour une équipe idéale ? Un savant mélange des deux. Des études ont montré que les extravertis font parfois bien moins que ce qu’on pourrait attendre d’eux, malgré une apparence d’efficacité : si c’est le cas, ils perdent leur statut de meneur du groupe, parce qu’ils ont déçu leurs partenaires, alors qu’on attend moins des introvertis et qu’ils ont tendance à atteindre de meilleurs résultats que ce qui avait été attendu de leur part. En d’autres mots, on attend plus des extravertis, qui communiquent mieux sur leurs objectifs et leurs résultats, alors que les introvertis, en “vendant” moins leur travail, dépassent les attentes des autres membres du groupe.

Cela est bien loin de signifier qu’il faut créer des équipes entièrement composées de personnes plus renfermées : dans ce cas, qui pourrait convaincre une personne extérieur de l’efficacité de ladite équipe ? En mélangeant les extravertis, dont le rôle aura surtout pour objectif de montrer que le travail est fait, et bien fait, aux observateurs extérieurs qui évaluent ledit travail (professeurs, investisseurs, spectateurs…), et les introvertis, on atteindra un bien meilleur équilibre.

Objectifs communs

Il faudra, pour des résultats optimaux, que les membres du groupe partagent les mêmes objectifs et ambitions. Ce sont les valeurs communes, la volonté d’une équipe, qui permettront de dépasser les dissensions qui émergent forcément au sein d’une équipe : cette réflexion partagée permet en effet d’anticiper ce dont on aura besoin pour compléter une tâche (alors que ce serait bien évidemment impossible, ou au moins très difficile, si les membres du groupe n’étaient pas d’accord quant à la nature de la tâche elle-même !) et répartir les actions des membres de l’équipe.

Comment obtenir cette réflexion commune ? En fixant dès le début des rôles et des objectifs très clairs, si on est leader du groupe ; en exprimant clairement ses objectifs personnels et ses compétences, en tant que membre du groupe. Ceci permettra à chacun de mieux comprendre quelle est sa place dans l’équipe, et de comprendre et de respecter le travail de chacun.

Divertissement

L’humour inspire la confiance et encourage l’amitié, ce qui mène évidemment vers des meilleures interactions au sein d’une équipe. Eric Romero et Anthony Pescosolido ont prouvé que l’humour peut avoir un impact positif sur bien des aspects desdites interactions, incluant une communication plus efficace, le développement d’objectifs communs, une productivité de groupe accrue et une meilleure gestion des dissensions.

Communication

Comme au sein d’un couple, on ne vous le dira jamais assez : Communiquez ! Mais ne communiquez pas n’importe comment : le but, c’est d’atteindre une communication proactive. “Man dieu mais qu’est-ce que c’est que ce mot barbaaare ?” me demanderez-vous, et j’imagine déjà la panique envahir vos jolis yeux. N’ayez crainte, il suffit de quatre petites phrases pour expliquer tout ça.

  1. Les membres de l’équipe donnent les informations dont ils disposent avant qu’on leur demande.
  2. Les membres de l’équipe aident les coéquipiers avant qu’ils leur demandent.
  3. Les membres de l’équipe prennent l’initiative d’apporter des conseils et des suggestions aux autres membres de l’équipe (sans être insupportables).
  4. Les membres de l’équipe mettent à jour leurs informations dès qu’ils observent un changement de situation.

Et comment est-ce qu’on arrive à faire tout ça ? Avec des objectifs communs. Oui, je me répète. Et alors.

Commandement

(En écrivant ce titre, j’ai eu en tête le discours d’Aragorn. Il est là – j’ai eu la clémence de vous mettre la version courte, mais c’est en anglais, on ne va tout de même pas pousser l’hérésie à son comble.)

Même si tous les membres de l’équipe respectent les 5 premiers points dont j’ai parlé, cette équipe a besoin d’un commandement efficace. Le rôle du leader n’est pas seulement de donner le bon exemple et de motiver les membres du groupe, mais également de donner son avis sur le travail et l’attitude de chacun et de veiller à ce que la cohésion soit aussi bonne que possible. Même si vous n’êtes pas le leader “officiel” de votre équipe, vous pouvez proposer des critiques constructives à ce dernier, et au reste du groupe dont vous faites partie.




Comments

comments

2 commentaires

  1. Alexandra T. on

    Article qui va m’être utile pour les 5 projets de groupe que j’ai cette année!!