Comment je suis devenu bon en cours

0

Ma motivation

Mon parcours scolaire jusqu’au bac est moyen. J’ai eu des difficultés en 6ème et en 5ème, beaucoup de difficultés en 4ème et en 3ème, un redoublement en seconde et un bac sans mention. Et pourtant, 2 ans après mon bac, j’intégrais une des meilleures universités de France en Finance, l’Université Paris Dauphine. Que s’est-il passé pendant ces deux années ? Est-ce que je suis subitement devenu un génie tête de classe ? Ou les autres sont-ils devenus moins bons ?

Aujourd’hui, je partage avec vous les facteurs clés qui m’ont aidé à passer d’élève « très moyen » à élève « tête de classe ». Je réalise finalement que la solution pour moi (et qui malheureusement ne convient pas forcément à tout le monde), a été d’apprendre une méthode.

Vous êtes tous capables d’augmenter de façon très significative vos notes

Je ne dis pas que c’est facile, mais c’est possible. Et souvent il ne faut pas passer plus de temps à travailler que ce que vous faites déjà. C’est là que ça devient très intéressant. Il s’agit d’apprendre à travailler pour être plus efficace. Apprendre à apprendre.

La méthode, il n’y en a pas une qui corresponde à tout le monde de la même façon. Votre propre méthode va évoluer, et vous ne travaillerez pas de la même façon cette année et dans 2 ans.

Le premier élément fondamental pour progresser en classe, c’est de trouver une bonne raison d’être là. Quelle est votre motivation ? Qu’est-ce qui vous pousse à passer 5 jours par semaine assis à écouter des professeurs ? Et là, je vois bien la réponse que vous voulez me donner :

« Je n’ai pas le choix » « c’est obligatoire, si je pouvais je ne serais pas ici » « je ne sais pas du tout pourquoi je suis là et je n’ai pas de motivation ». Oui, ok, vous avez raison. C’est aussi ce que je me disais.

Maintenant réfléchissons différemment. Changeons notre manière de voir les choses.

Dans TOUS les cas, vous allez étudier pendant encore plusieurs années. Vous n’avez pas le CHOIX. En France, c’est comme ça. C’est très bien d’ailleurs, même si ça vous embête un peu 😉

Alors, soit vous subissez encore pendant des années, le train assis sur une chaise, sans comprendre pourquoi vous êtes là ;

Soit vous vous trouvez une bonne raison d’être là, une raison qui vous motive, et qui n’appartient qu’à vous. Ce n’est pas la raison de vos parents, ni de vos amis, ni de votre grand-mère. C’est votre propre motivation, et elle n’appartient qu’à vous.

Je vais en cours tous les jours car je veux ouvrir le champ de mes possibles

Voici des exemples :

  • J’étudie car je suis curieux et que je veux apprendre des nouvelles choses toutes ma vie
  • J’étudie car je souhaite travailler dans tel domaine et que cela me permettra d’obtenir les diplômes nécessaires
  • J’étudie pour gagner de l’argent plus tard
  • J’étudie car j’aime être reconnu
  • Je vais en cours tous les jours car je veux ouvrir le champ de mes possibles
  • Je vais en cours car je veux connaître ce qui me plaît

Je vous propose par la suite un tout petit exercice, qui pourrait vous aider. Personnellement, je le fais régulièrement et il m’aide beaucoup !

Prenez 10 minutes pour vous. Plutôt en silence, ou avec une bonne musique.

  1. Prenez une feuille blanche et noter en gros le titre de la feuille : Mes motivations pour étudier en février 2018.
  1. Ecrivez tout ce qui vous motive, sans réfléchir si c’est bien ou pas. Ecrivez les mots auxquels vous pensez. Ecrivez les phrases auxquelles vous pensez. Ne cherchez pas à écrire bien, mais écrivez beaucoup. Apprendre, s’amuser, découvrir, j’aime les personnes avec qui je suis en cours, cours de sport, avoir de bonnes notes, comprendre comment fonctionne le monde, résoudre tous les problèmes…
  1. Classez ce que vous venez d’écrire, pour essayer d’en sortir 2 ou 3 idées clefs, en faisant des phrases

Mes motivations personnelles pour étudier cette année sont… (À vous de jouer !)

Si cet article vous a plu, vous pouvez également lire celui que j’ai écrit sur Découvrir ses passions plus rapidement.




Bonjour,

Je m’appelle Jean-Baptiste, j’ai 27 ans. Je suis passionné par le sport et par l’entrepreneuriat. A la fin de mes études, j’ai créé une entreprise au Pérou mais elle a fermé au bout de 18 mois. Aujourd’hui, j’aide des dirigeants à développer leur entreprise et j’organise des ateliers dans des classes pour aider les jeunes à préparer leur futur professionnel.

Ces articles peuvent vous intéresser

Comments

comments

Comments are closed.