Cabinets de recrutement, le mode d’emploi

0

Avant hier j’ai mis mon C.V sur Cadremploi, et depuis je n’arrête pas de me faire harceler par des cabinets de recrutement ! C’est la folie !

Si vous travaillez dans un secteur ou à un poste en tension, c’est sûrement une phrase que vous serez amené à prononcer un jour !

Dans les lignes qui suivent, nous allons étudier ce qu’est un cabinet de recrutement, essayer de démystifier leur approche et voir comment, en tant que candidat, vous pouvez en tirer le plus sans perdre votre temps.

Qu’est-ce qu’un cabinet de recrutement ?

Comme tout service, le recrutement de nouveaux collaborateurs dans une entreprise peut être externalisé (i.e sous-traité à un tiers). Pour cela, les entreprises font appels à des sociétés spécialisées dans l’acquisition de nouveaux talents : les cabinets de recrutements / de chasseurs de tête.

Les cabinets sur le marché sont très diversifiés mais peuvent se regrouper en trois grandes catégories :

  • Les chasseurs de têtes indépendants : ils sont seuls, ne comptent que sur leur propre réseau .
  • Les cabinets généralistes : les consultants en recrutement peuvent alors recruter en même temps un astrophysicien et un expert comptable sans que cela ne leur pose de problème.
  • Les cabinets spécialisés (souvent membres de groupes internationaux) :
    • Par zone géographique (Fed Africa par exemple)
    • Par expertise métier (la division Finance & Accounting de Robert Half par exemple ou Edgar People dans le digital)
    • Par tranche de salaire/niveau de séniorité (Page personnel pour les salaire <40k brut ou Grant Alexander pour les profils Top Executives)

Pourquoi les entreprises embauchent-elles un consultant en recrutement ?

Faire appel à un cabinet coûte cher, les prestations sont facturés entre 15% et 25% du salaire brut du candidat embauché. Les entreprises doivent donc avoir de bonnes raisons de les solliciter et celles-ci peuvent être diverses :

  1. L’entreprise n’a pas de département Ressources Humaines et le manager n’a ni le temps, ni les compétences pour recruter un collaborateur compétent.
  2. Le métier ciblé demande une véritable expertise qui n’est pas présente dans l’entreprise.
  3. Le poste cible est aujourd’hui occupé par un collaborateur qui ne sait pas encore qu’il sera bientôt remercié/remplacé. Le top management peut alors décider de solliciter un cabinet pour conserver la confidentialité du recrutement.
  4. Le métier cible est en tension et le recrutement doit se faire rapidement.

Attention, une société sollicite plusieurs cabinets pour un seul et même recrutement. Ils seront alors en “concurrence”. Vous pourriez donc vous retrouver à passer des entretiens dans différents cabinets pour le même poste.

Le profil du recruteur

Un consultant en recrutement est avant tout un commercial, son intérêt premier est de placer un candidat chez son client.

Dans le meilleur des cas, ce sera un ancien opérationnel reconverti, dans le pire des cas, un jeune diplômé ou un stagiaire  qui vous utilise pour s’entraîner à passer des entretiens et étoffer son réseau.

Il n’a donc pas  forcément d’expertise métier dans votre domaine et même s’il se doit de vous apporter des conseils, gardez en tête que ce n’est pas un conseiller en orientation, que votre bien être n’est pas sa priorité première.

Ai-je donc un profil si exceptionnel que je suis chassé ?

Au risque de vous décevoir, non.

Comme expliqué plus haut, les cabinets de recrutement et les consultants en recrutements viennent de tout horizon et le marché est saturé. En effet, aujourd’hui avec un compte Linkedin Premium, un statut auto-entrepreneur, et une ligne téléphonique, vous pouvez vous improviser chasseur de tête !

Une pratique de chasseurs de tête peu scrupuleux, serait même de vous présenter sur un poste pour que vous complétiez leur shortlist (la liste restreinte de candidats pressentis pour un poste) et que vous mettiez en avant leur candidat privilégié.

Ce qu’il se passe entre le premier contact et le recrutement final

 

  • L’appel de qualification

 

      • Par téléphone
      • Entre 5mn et 15mn
      • Que ce soit une chargée de recrutement ou un véritable chasseur de tête,  il vous contacte pour savoir si vous êtes à l’écoute du marché, si le poste pourrait vous plaire et si vos hard et soft skills matchent avec.

 

  • L’entretien avec le cabinet

 

      • En présentiel
      • Entre 60mn et 90mn :
      • Entretien physique avec le consultant en recrutement, si ce n’a pas encore été fait, il est censé vous présenter le poste.

 

  • Les entretiens avec le client

 

      • Selon les organisations des entreprises

 

  • La proposition de contrat

 

    • Le consultant en recrutement peut faire office d’intermédiaire dans les négociations de contrat. Ses honoraires étant souvent liés à votre futur rémunération, c’est tout à fait normal qu’il suive cet étape.

Entre chacune des étapes décrite ci-dessus, le bon consultant en recrutement est censé vous accompagner dans le process : vous briefer, vous débriefer après chaque entretien. Certains iront même jusqu’à vous appeler lors de votre premier jour ou quelques semaines après votre prise de poste.

Les réflexes à avoir si vous vous faites contacter

  • Les différents types d’entretien : Vous pouvez rencontrer un chasseur de tête dans le cadre de deux types d’entretien :
    • L’entretien sur poste : le consultant en recrutement va vous évaluer sur un poste en particulier, va vous pitcher la job description et voir si vous matcher avec les attentes clients
    • L’entretien généraliste : si vous avez un profil intéressant, vous pouvez tout à fait rencontrer un consultant dans une démarche exploratoire, pour prendre la température du marché, vous entraîner. Il gardera votre profil en tête et vous rappellera si il vient à avoir un poste qui vous correspond.
  • L’entraînement : La rencontre avec un Talent hunter est un moment d’échange privilégié. Si vous n’avez pas passé d’entretien depuis longtemps, vous pouvez vous en servir pour prendre du feedback sur la qualité de votre CV, de votre entretien ou récupérer des informations marché.
  • La constitution du dossier : Lors de votre rencontre, les cabinet peuvent vous demander de remplir un dossier vous concernant et d’apporter un certains nombre de pièces justificatives (diplôme, fiche de paie, contact de personnes pouvant faire office de références). Mon conseil est de ne finaliser la constitution de votre dossier que si vous êtes certains de rencontrer le client. Vous n’avez surement pas envie que les copies de vos fiches de paie trainent en effet dans tous les cabinets de la place.
  • Connaissez votre chasseur de tête : Avant d’accepter un entretien, googler votre chasseur de tête. Selon sa séniorité et son parcours, les réponses qu’il fera à vos questions auront un poids différent.




Né quelques jours après la chute du Mur de Berlin, je suis diplômé de Neoma BS – Campus de Reims que j’ai rejoint par admission parallèle après 2 ans de prépa ECS et un an de Khube à la Paris VII.

Après 4 ans à travailler en audit/contrôle de gestion en France et à l’étranger, j’ai opéré un changement de cap début 2017 et je suis aujourd’hui University Customer Success Manager chez JobTeaser.

Je suis d’ailleurs constamment à la recherche de nouveaux talents (stage de fin d’études/CDI) pour rejoindre mon équipe, donc n’hésitez pas à me contacter si vous souhaitez échanger !

Ces articles peuvent vous intéresser

Comments

comments

Comments are closed.